top of page
Rechercher
  • Aline

Ne pas Être pour ne pas déranger VS Mourir plutôt que de vivre à moitié


Je m'observe en recevant le message d'une amie qui déclenche chez moi un mal-être.


Après avoir visionné les dernières vidéos que j’ai publié, elle m'avoue mal vivre le fait de me voir oser, de me voir passer à l'action, d'avoir cette belle énergie et de me savoir soutenue dans qui je suis et dans ce que je fais. Elle m’exprime sa peine, sa frustration et sa honte de vivre de la jalousie par rapport à ce que je vis, tout en sachant que tout cela lui appartient. Ce qui est beau, c’est qu’en en prenant conscience et en m’en parlant, elle s’en libère !

Je la remercie pour son authenticité et la bienveillance avec laquelle elle me l'a partagé. 🙏❤️


Ici, je veux vous partager ce que cela me permet d'aller voir. Ce que ça réveille en moi, quand je ne suis pas aimée, quand je gène l'autre à être simplement moi-même. Et comme habituellement, je suis partagée :


Une ancienne version de moi aurait besoin de dire à cette amie :


- « Je suis désolée mon amie...tellement désolée...de t'avoir blessée, je le savais moi que ça pouvait te blesser, mais elle (en parlant de la nouvelle version de moi) a quand même voulu publier ces vidéos ! »😔


Alors que la « nouvelle version » de moi reste ok avec le fait de l’avoir fait.

Elle explique à « l’ancienne version » :

- « Tu sais, grâce à ces vidéos et le niveau de conscience et d'intelligence que cette amie a, cela lui permet aussi de se libérer. Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes, c'est ça ! »💞🎁

Elle continue en accueillant les émotions et sensations que cette « ancienne version » vit :

- « Je sens la peine et la douleur que ça réveille dans le corps de faire mal à l'autre, de te sentir détestée, critiquée, jalousée. Alors que toi ce que tu veux, c'est aimer et être aimée. »


✨️ Je prends conscience à ce moment que l'addiction à l'amour des autres est présente chez elle et ne l'est plus chez la « nouvelle version ».✨️


« L'ancienne version » de moi peut comprendre ce que la nouvelle explique au sujet de "je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes", mais elle lui dit quand-même :


- « Ce n’est pas tout le monde qui a le niveau de conscience de cette amie ! Alors tu leurs fait du mal et ils restent mal à cause du fait que tu te permets d'être !"

La colère est présente chez elle.


La nouvelle version accueille sa colère, en lui disant :

- « Je vois à quel point ça te mets en colère. Tu n'es pas d'accord avec ce fonctionnement, parce que c'est comme si tu faisais du mal aux autres intentionnellement. Et ça, c'est hors de question pour toi. Je te connais bien ! Et je trouve ça tellement beau que tu veuilles protéger les autres » ❤️

L'ancienne version se sent vue et reconnue. 🥹


Mais ça n'empêche pas à la nouvelle version de moi de s'affirmer et de lui dire :


- "C'est beau de vouloir protéger les autres d’une éventuelle blessure. Mais de mon point de vue, chacun doit apprendre à s’occuper de la blessure qui est réveillée en lui, pour saisir son opportunité, sa chance d’en guérir et donc d’évoluer.

Et puis, tu fais quoi de moi alors !? Je ne pourrais jamais Être !? Être moi, c'est ma raison d'être ! Moi je préférais mourir plutôt que de devoir vivre à moitié. Je mérite le meilleur dans la vie ! »

(François Lemay sort de ce corps🤣)


L'ancienne version de moi sent toute la colère, la peine, voire le désespoir que déclenche à la « nouvelle version » d'envisager de ne pas pouvoir Être. Elle lui dit :


- « Moi je veux faire de mal à personne, mais là ça ne marche pas, j'ai l'habitude de choisir de ne pas faire mal à l'extérieur. Et là, tu es en quelque sorte "extérieure" à moi... Je t'aime aussi et je ne veux pas te faire de mal, pardon de ne pas t'avoir vu, au profit des autres. »🥹


Je suis touchée de cette magnifique réconciliation des 2 versions qui me constituent. Elles ont communiqué avec assertivité, chacune d'elles a pu s'affirmer tout en respectant l’autre ! Au lieu d’être l’une contre l’autre, elles sont à présent ensemble. 💞


75 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page